Week-end Rock’n’roll à Cornaux

image-Week-end Rock’n’roll à Cornaux

Le Corn’Rock  s’est déroulé les 29 et 30 mai derniers dans le petit village de Cornaux. Le festival s’est vu envahir par une ambiance rock’n’roll et festive ; la bière coulait à flot, les moteurs des Harley Davidson vrombissaient et la musique enflammée déménageait.

Il était une fois le Corn’Rock

Chaque année, depuis cinq ans déjà, le Corn’Rock festival anime le village de Cornaux durant le dernier week-end de mai. L’idée d’organiser un tel événement est partie d’un groupe d’amis passionnés de Rock’n’roll, qui voulaient changer leur quotidien. Ils ont ainsi décidé de mettre sur pied un festival exclusivement rock. De simples amateurs financés par la Commune de Cornaux, ils ont réussi à devenir, au bout de la troisième édition, totalement indépendants. Le Corn’Rock est un festival modeste et convivial, ce qui lui permet d’être également une rampe de lancement pour les petits groupes encore peu connus. Pourtant, malgré son potentiel, il souffre d’un manque de notoriété flagrante dans le canton de Neuchâtel et, au fil des années, n’a pas réussi à attirer les foules. Toutefois, le président du comité du Corn’Rock, Claude Rocchetti, s’avoue très content de l’édition de cette année, qui a réuni un plus grand nombre de rockeurs que d’habitude. Près de 800 festivaliers ont participé à l’événement, ce qui représente plus du double des autres années.

Un vendredi où tout est permis

Le soleil brille encore au-dessus de Cornaux lorsque le premier groupe de la soirée du vendredi fait son entrée sur scène. Les amateurs de rock et autres passionnés de musique en tout genre peuvent, une bière à la main, écouter le concert de Heptaxi. Le début de la soirée se passe tranquillement sans qu’il y ait à jouer des coudes pour se chercher à boire, mais dans une ambiance conviviale. Entre deux concerts, les festivaliers cassent la croûte au stand de nourriture. Kebab, frites, raclette, il y a de quoi se faire plaisir ! Pour les rassasiés, un stand propose à bas prix des vinyles pour tous les fans des musiques des Beatles, d’AC/DC, d’Elvis Presley et bien d’autres. La soirée continue avec l’arrivée des Dan Breeker Revolution. Après une séance de test micro un peu longue, ils livrent finalement un concert enjoué qui plonge les spectateurs dans l’ambiance rock promise. Petit à petit, les gens affluent. Pour la plupart d’entre eux, c’est la tête d’affiche du vendredi soir qui les attire : Astonvilla. Le comité du Corn’Rock festival avait décidé de mettre le paquet pour inciter le plus de monde possible à assister à l’événement. Pour le coup, c’est réussi ! Le public est conquis par le groupe de rockeurs parisiens qui sait ce que veut dire le mot rock. Chantant principalement en français, ces anciens de la scène ont connu leur plus grand succès dans les années 2000.  Au Corn’Rock, ils ont fait honneur à leur réputation. La soirée se termine dans la joie et la bonne humeur promettant un samedi encore meilleur.

La fièvre du samedi soir

De retour le samedi pour passer une soirée purement rock, les festivaliers sont accueillis par une rangée d’Harley Davidson. Effectivement, le chapitre neuchâtelois du Harley Owners Group participe au deuxième jour du Corn’Rock. L’occasion pour eux de montrer leurs plus belles bécanes et de donner envie au public jaloux de s’enfuir sur l’une d’entre elles. À 18h30, Noyz Toyz ouvre officiellement la soirée. Le groupe de rock reprend des classiques mémorables, comme ceux d’AC/DC, Green Day ou encore Bon Jovi. Rien de tel pour plonger dans une ambiance galvanisante. Après ce début de soirée musclé, les spectateurs n’ont presque pas le temps de souffler que Monster Sound fait entrée sur scène. Formé de quatre jeunes musiciens, le groupe dégage une énergie à ressusciter les plus grandes légendes du rock. Chose peu commune dans le monde de la musique, le batteur, surnommé Mr. Killjoy, s’avère être aussi le chanteur de ce groupe inspiré par Kiss. Déjantés et surexcités, les musiciens de Monster Sound mettent le feu à la scène du Corn’Rock avec leur rock énergique et leur enthousiasme renversant. Une des plus belle surprise du samedi, sans aucun doute ! Le groupe qui suit, nommé Borderline, reprend le flambeau avec succès. Bien qu’il ne transmette pas la même énergie, on y ressent la même passion pour la musique. Les festivaliers sont sous le charme de la voix sensuelle de la chanteuse et  l’ambiance se réchauffe. Dirty Sound Magnet, tête d’affiche de la soirée, clôt le samedi en tout en puissance, en offrant un concert à la fois originale et électrisant sous le ciel étoilé.

Bilan positif

Pour résumé : « There have been rock ! », comme l’avaient promis les organisateurs. En plus d’une programmation intégralement rock, Le Corn’Rock offre la possibilité de découvrir de nombreux groupes rock petits dans leur popularité, mais grands dans leur talent ! L’avantage d’un petit festival, tel que celui-ci, est qu’on s’y sent comme chez soi. Alors, ne manquez pas la prochaine édition !

author

À propos de Claire Taillefert

Etudiante

0 commentaire

Laisser un commentaire
Back to Top